La partie nulle

Voici les différentes situations sur l’échiquier qui amènent une partie nulle :

  • Le pat : si le joueur au trait ne peut exécuter aucun coup légal et n’est pas en échec, on dit qu’il est pat et la partie est nulle.

  • La nulle par consentement mutuel : un joueur peut proposer la nulle à son adversaire pendant la partie. Si ce dernier accepte, la partie est nulle.

Dans la position suivante, les deux camps sont à égalité de matériel et qu'aucun joueur ne peut progresser sans une grosse gaffe, alors autant en finir en proposant match nul. A remarquer que dans certaines compétitions cette possibilité peut être interdite ou soumise à des restrictions (pas de proposition de nulle avant le 30ème coup par exemple).

  • La triple répétition de la position : si une position identique va se produire pour la troisième fois, un joueur peut réclamer la nulle en faisant appel à l'arbitre. La position est considérée comme identique si le même joueur est au trait, que les pièces de mêmes couleurs sont aux mêmes positions et que les coups possibles sont les mêmes, notamment en ce qui concerne le roque et la prise en passant.

  • L'insuffisance de matériel : aucun camp n'est en mesure de mater.

Exemples :
- Roi contre Roi
- Roi et Cavalier contre Roi
- Roi et Fou contre Roi

  • La règle des 50 coups : si 50 coups se sont produits sans avance de pion ni prise de pièce, la nulle peut être réclamée par un des deux joueurs. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *